Lancé en 2019, floraisons est un média autonome, autogéré par des stagiaires. Notre problème est que la culture dominante est en train de tuer la planète. La civilisation industrielle détruit, exploite, aliène et transforme le monde vivant en zones mortes, marchandises, en déchet. Nous devons radicalement y mettre un terme. Voilà pourquoi notre objectif est de démanteler la civilisation industrielle, sa structure, ses hiérarchies, son idéologie et ses valeurs, pièce par pièce. Pour cela nous avons besoin de stratégies complémentaires, de tactiques diversifiées et d’actions efficaces. Mais nous avons aussi besoin d’analyses structurelles, de courage, de défiance, d’imagination et de rage. Bref, nous avons besoin d’une culture de résistance écologiste, libertaire, féministe, antiraciste, et c’est cette histoire que floraisons cherche à promouvoir.

 

POURQUOI LA BIODIVERSITÉ EST-ELLE IMPORTANTE ?

 

Dans une communauté vivante harmonieuse, fonctionnelle, chaque espèce nourrit ou se nourrit d’autres espèces, formant un cycle du vivant. Aucune espèce ne s’accapare toutes les ressources nécessaires à la survie des autres, ou n’extermine ses concurrentes. Pourquoi ça ? Car en cas de changement des conditions environnementales, la vie a plus de chances de s’adapter, d’être résiliante si les espèces sont nombreuses et variées. Le vivant a besoin de la biodiversité, de la Vie Sauvage, cette règle qui joue un rôle essentiel a été respectée pendant des millions d’années. Et si une espèce décide de s’approprier toutes les ressources, les Structures de la Terre et de tuer toues les concurrentes, l’appauvrissement du vivant qui en découle ne menace pas seulement cette espèce, mais la possibilité même de vivre sur la planète. Comme vous vous en doutez, c’est exactement la folie dans laquelle la société occidentale de masse est engagée aujourd’hui.

 

QUEL EST LE RAPPORT AVEC LE CAPITALISME ?

 

« Le travailleur est une marchandise. Son activité n’est pas une libre manifestation de sa vie humaine, mais plutôt un marchandage de ses forces, une aliénation. Le travail est de par son essence même l’activité non libre, inhumaine, asociale » (Karl Marx) La civilisation, et plus particulièrement le capitalisme ont besoin de la division du travail, donc de la division de la société en classes pour augmenter la production et contrôler la main d’œuvre.
Bien que la compréhension et la critique du mode de production capitaliste soient importantes « Nos ennemis ne sont pas les entreprises, ni le capitalisme, ni même les combustibles fossiles. Toutes ces choses doivent bien sûr être supprimées rapidement, mais ce ne sont que les expressions, les symptômes, d’un problème plus profond. Pour mettre fin à la destruction du monde vivant, nous devons mettre fin à la civilisation industrielle. » (Derrick Jensen)

 

COMMENT RÉSISTER ?

D’abord, qu’est-ce que résister ? Ce n’est pas simplement dénoncer le réchauffement climatique, ou la mauvaise volonté des dirigeants. Résister, c’est s’opposer directement aux systèmes d’oppressions, à la civilisation industrielle. C’est comprendre que ces systèmes ont un début historique et une fin. Résister c’est vouloir démanteler ces sytèmes, accélérer leur fin. Comment donc résister ? Grâce à des actions organisées qui se passent en dehors des institutions existantes du pouvoir, qui visent à les renverser en en construisant d’autres dans un même mouvement. C’est possible grâce à cinq stratégies complémentaires :
✊Stratégie 1: Apporter son soutien aux luttes pour la justice sociale et écologique en cours et s’y investir. Promouvoir l’équité et entraver l’exploitation exercée par les puissants.
✋ Stratégie 2 : Défendre les territoires et empêcher l’expansion de la déforestation, des extractions minières, des chantiers de construction et ainsi de suite, afin que plus de terres et d’espèces soient préservées au moment où la civilisation s’effondrera.
⛓ Stratégie 3 : Construire et mobiliser des organisations de résistance décentralisées en mesure de soutenir les activités précédemment mentionnées.
🌱 Stratégie 4 : Rétablir des pratiques de subsistance soutenable (dont la polyculture de plantes pérennes et vivaces pour l’alimentation) et des pratiques d’organisation démocratiques afin de recréer des cultures humaines soutenables et démocratiques.
⚡️ Stratégie 5 :Recourir aux actions directes contre les infrastructures industrielles destructrices, en particulier celles du secteur énergétique. Bloquer, perturber, saboter toute initiative polluante ou autrement nuisible.

 

 

COMMENT PROPOSER UN ARTICLE ?

 

Vous voulez contribuez au blog floraisons ? C’est possible ! Voici quelques indications avant d’écrire votre texte :

  • Faites le tour de nos articles et de nos podcasts pour vous assurer que votre article s’accorde avec la ligne éditoriale du blog. Nous cherchons des points de vue radicaux, c’est-à-dire qui remontent aux racines de l’aliénation dans leur critique.
  • Vous pouvez décrire des anecdotes ou des histoires, mais n’oubliez pas de les situer en réfléchissant en terme de structure, d’analyse de système.
  • Évitez l’Ad hominem. Critiquez les discours plutôt que les personnes qui les portent. Dans vos critiques, ne prêtez pas flan à nos ennemis. Par exemple si vous critiquez la religion, ne prêtez pas flan aux racismes.
  • Ne réglez pas publiquement vos comptes personnels avec d’autres résistant·es, groupes ou organisations. Dénoncez les comportements oppressifs et les discours qui divisent notre mouvement. Même s’il est critique, votre article doit renforcer la résistance, pas l’affaiblir.
  • Évitez les critiques tronquées des systèmes, notamment du capitalisme. Par exemple ne parlez pas des « 1% les plus riches » mais de « la classe bourgeoise » ou de la « suprématie blanche masculine ». Ne parlez pas seulement des multinationales, des grandes banques, des grands patrons, quand il s’agit du Capital et des capitalistes. N’opposez pas grands patrons et petits patrons, car il s’agit bien du Patronat. (Les banques, les banquiers, les fonds de pensions et actionnaires ne sont pas des parasites sur un corps sain, ce sont des petits acteurs du Capital qui ont suivi les règles et ont réussi en tuant les autres jusqu’à devenir les plus gros.)
  • Vérifiez le plus possible les faits sur lesquels vous vous appuyez, surtout s’ils sont sensationnels. À déclaration extra-ordinaire, preuve extra-ordinaire.
  • Mentionnez vos sources et références pour que nos lectrices et lecteurs approfondissent les sujets. Ne renvoyez pas vers des sites ou publications nationalistes, racistes, conspirationnistes, libertariens etc sauf dans le cadre exceptionnel et nécessaire de la critique.
  • N’écrivez pas des stéréotypes, des mensonges ou des sophismes juste pour vous donner plus facilement raison. L’adversaire est puissant et complexe, exposez des arguments à la hauteur de la nocivité de l’ennemi.
  • Ne faites pas exprès de mal interpréter ce qui dit votre adversaire juste pour le rendre faible ou stupide. En faisant ça vous vous décrédibilisez et votre argument a moins de valeur.
  • Vulgariser le plus possible, ce qui ne signifie pas de diminuer votre niveau d’exigence. Si vous utilisez un terme universitaire, expliquez-le pour commencer, ou bien faites-le suivre de quelques synonymes plus accessibles. Ne l’utilisez pas si vous pouvez vous en passez dans un langage courant.
  • Lire un article de blog n’est pas lire un livre. Nous le regrettons, mais l’attention n’est pas la même devant un écran. Soyez donc concis·e, efficace, allez droit au but avec le moins de mots possibles. Évitez les formules ampoulées et communiquez vos idées et votre rage de façon directe, percutante.
  • Utilisez la voix active plutôt que passive. Par exemple ne dites pas « les parties du monde qui sont envahies par les ONG sont colonisées par ces dernières » mais « Les ONG colonisent les parties du monde qu’elles envahissent ».
  • N’affirmez pas une chose quand vous n’êtes pas certain·es des faits, sauf lorsqu’il s’agit de vos opinions. N’ayez pas honte d’avoir des opinions très tranchées sur des faits documentés.
  • Utilisez le moins possible les mots entre « guillemets », en gras, ou italique, l’exclamation ! La phrase doit parler d’elle-même sans décoration.
  • Nous favorisons la résistance écologiste mais vous pouvez très bien choisir un angle d’attaque qui vous touche plus personnellement. Il peut être anarchiste, anti-capitaliste, anti-civ, techno-critique, an-prim, féministe, autonome, antiraciste, antispéciste, LGBTQ+, décolonial, no-border, anti-carcéral, anti-guerre, etc…
  • Peu importe votre sensibilité, affutez votre plume, écrivez comme une ou un résistant : il ne s’agit pas simplement de s’indigner, mais de s’opposer frontalement, de défier courageusement les structures d’oppression dans le but de les renverser, de les dépasser, de nous unir pour nous émanciper.
  • Privilégiez la rédaction épicène, cherchez des formulations neutres et à défaut utilisez le point médian en dernier recours. Si vous n’avez pas l’habitude de l’écriture inclusive, commencez, il n’est jamais trop tard.
  • Vous pouvez signer votre texte ou utiliser un pseudonyme ou rester anonyme. L’anonymat est parfois un geste politique fort et nous n’avons pas de problème avec ça.
  • Vous pouvez utilisez le Je, ou le Nous, mais ne vous identifiez pas à la culture dominante. Identifiez-vous à la vie qui résiste, aux cultures soutenables, aux plantes et aux autres animaux. Par exemple ne dites pas « Nous détruisons le monde » mais « La civilisation industrielle détruit le monde ». Ne dites pas « Notre mode de vie est à l’origine de la pollution » mais « Le mode de vie occidental et le système capitaliste polluent ». Ne dites pas « Nos besoins énergétiques sont énormes » mais « L’industrie et les dirigeants ont un besoin croissant d’énergie ».
  • N’utilisez pas de termes possessifs pour décrire le monde. N’écrivez pas « Nous détruisons notre planète » mais « Ils détruisent la planète ».
  • À bas l’État, le Capital, le Patriarcat, La révolution n’est pas une affaire de parti, Pas de guerre entre les peuples, Pas de paix entre les classes, vive la Liberté et vive l’Anarchie.
  • Envoyez-nous via le formulaire de contact ci-dessous votre article ou ébauche écrit dans un framapad pour faciliter le travail collaboratif. Si votre proposition est acceptée, attendez-vous à recevoir des retours pour suggestions ou modifications avant sa publication. Vous n’êtes pas obligé·e d’acceptez nos modifications et nous ne sommes pas obligé·es d’accepter votre article.
  • Nous avons hâte d’accueillir de nouveaux et nouvelles stagiaires parmi nous, alors proposez votre article !

 

PRENDRE CONTACT AVEC LES STAGIAIRES

Vous pouvez nous écrire à l’adresse : stagiaires {at} floraisons.blog

 

Notre messagerie est chiffrée (grâce à Protonmail), essayez de faire de même pour protéger nos vies privées.